BIOGRAPHIE

 

            De nationalité française, né en 1979, Pierre Walter est actuellement chef principal d'Opéra Montmartre à Paris et chef invité de diverses institutions lyriques et symphoniques françaises et européennes.

 

            Enthousiaste de faire partager au plus grand nombre sa passion pour l’art lyrique, il fonde avec le chef d’orchestre et compositeur franco-australien Nicholas McRoberts, la Compagnie Opéra Montmartre. Cette compagnie basée à Paris a pour but de rendre l’opéra accessible à des publics à priori éloignés.

 

            Ainsi cette formation présente des ouvrages dans des formats adaptés à de petites salles grâce à des effectifs orchestraux réduits. Ils sont traduits en français afin d’être immédiatement compréhensibles. Opéra Montmartre développe également le concept de spectacle participatif, permettant à des chœurs et chanteurs amateurs de s’associer à un projet.

 

            Très apprécié comme chef d’opéra, Pierre Walter a tissé des liens très forts avec plusieurs institutions lyriques européennes.

 

            Depuis 2013, il est l'invité régulier des Opéras d'Etat de Bourgas (La Bohème, Madame Butterfly), Roussé (Rigoletto, Tosca, Turandot) et Stara Zagora (Croquefer et Dragonette d'Offenbach, Cavalleria Rusticana de Mascagni) en Bulgarie ainsi que de l’Opéra de Constanţa en Roumanie (Il Trovatore, Nabucco, Carmen).

 

            En France, il a également été invité à l’Opéra du Rhin comme chef assistant de Patrick Davin (The Turn of the Screw de Britten) et de Kiril Karabits (Un ballo in maschera). Pierre Walter a également eu l’occasion d’assister le Maestro Karabits au Grand Théâtre de Genève pour Les excursions de Mr Broucek de Janacek.

 

            Sur le plan symphonique, il a dirigé les Orchestres Philharmoniques de Sofia et de Roussé (Bulgarie), l’Orchestre Symphonique de la Radio de Bucarest, l’Orchestre Symphonique de Vidin (Bulgarie), les orchestres de Mulhouse, de Cannes, de Reims ou encore l’ensemble Les Fous de Jacquet.

 

            Pierre Walter dirige également régulièrement l’Orchestre Pasdeloup, dans le cadre d’Opéra Montmartre dont l’Orchestre Pasdeloup est un partenaire privilégié, ou lors des soirées de prestige (Nuits musicales au château de Chantilly) ou pour des concerts pédagogiques.

 

            Créatif de nature, il s’engage en faveur de répertoires peu ou mal connus, cherchant à les mettre en valeur au sein de programmations thématiques, comparatives ou évolutives. Ardent défenseur de la musique française, il construit ses programmes de manière à faire connaître ce patrimoine musical trop souvent délaissé. Lors de ses apparitions en Bulgarie, il a ainsi assuré plusieurs créations in loco d’œuvres méconnues de compositeurs comme Jules Massenet ou Edouard Lalo.

 

            Soucieux de l’évolution du répertoire, il collabore non seulement avec des talents contemporains reconnus tels Ida Gotkovsky, Roger Boutry ou Anthony Girard, mais également avec de jeunes compositeurs prometteurs tels Dmitri Tchesnokov ou encore Hao Yuan Chiu.

 

            Pierre Walter a par ailleurs réalisé, à la tête de la Musique des Gardiens de la Paix, un album consacré aux Femmes compositeurs permettant de découvrir des œuvres de Lili Boulanger, Germaine Tailleferre et Ida Gotkovsky.

 

            Chef principal de la Musique des Gardiens de la Paix de janvier 2009 à décembre 2011, il a mené, à la tête de cette formation officielle une politique d’ouverture et de diversification, développant les actions de l’orchestre en banlieue afin de mieux faire connaître et valoriser cette formation au-delà de ses activités purement protocolaires.

 

            Organisateur, Pierre a mis également en place des partenariats avec des institutions d’enseignement supérieur de la musique afin de sensibiliser les solistes, compositeurs et orchestrateurs de demain au potentiel des ensembles à vents.

 

            Très impliqué sur le plan pédagogique, Pierre Walter a aussi pris en charge la direction de plusieurs ensembles d’élèves ou amateurs.  Il a ainsi pris, en 2017 et 2018, la direction d'un orchestre de jeunes à Mulhouse, s'inscrivant dans le cadre du projet DEMOS de la Philharmonie de Paris.

 

            En 2012, il est invité à remplacer au pied levé Philippe Ferro auprès de la classe d’Initiation à la Direction d’Orchestre du CNSM de Paris. La même année, Alain Louvier lui confie la direction d’une session d’orchestre d’harmonie regroupant des élèves des sept établissements de la communauté d’agglomération Grand-Paris-Seine-Ouest. Il a également assuré des cours de direction d’orchestre à l’Université Marc Bloch de Strasbourg ainsi que la direction des orchestres des conservatoires de Colmar, puis de Bourges.


            Le travail de Pierre Walter est reconnu par la communauté musicale :

 

             3ème prix du Concours International de Direction d’Opéra « Black Sea » en mai 2015, Pierre Walter s’est également vu décerner le Prix spécial de l’Université des Arts de la Ville de Constanţa pour sa prestation dans le cadre du concours de direction d’orchestre « Black Sea » en septembre 2014.

 

            En 2013 il est demi-finaliste du concours d’opéra « Blue Danube » de Roussé. Pierre Walter a bénéficié de l’enseignement de Jorma Panula, Dejan Savic, Aldo Faldi, Wolfgang Doerner, Kirill Karabits, Salvador Mas Conde, François-Xavier Roth et Claire Levacher.

 

            Parallèlement à sa formation de chef d’orchestre, il est également titulaire de quatre prix du CNSM de Paris dans les classes de Gilbert Audin (basson), Alain Louvier (analyse), Emmanuel Reibel et Lucie Kayas (culture musicale) et David Walter (musique de chambre). Pierre Walter a également étudié l’orchestration auprès d’Olivier Kaspar. Pierre Walter est par ailleurs titulaire d’un DEUG de Musicologie de l’Université Marc Bloch de Strasbourg.

 

            Sa maîtrise de plusieurs langues dont le français, l’anglais, l’allemand et l’italien mais aussi ses connaissances en roumain, en bulgare, en hongrois et en espagnol lui permettent d’être un chef particulièrement apprécié pour ses compétences, sa pertinence sur le texte et dans l’organisation de son travail.